A propos

Improviser facilement, c'est possible !

Faut-il connaître la mécanique de sa voiture avant de la conduire ? Bien sûr que non. Il faut juste s’installer à bord et agir. Ensuite, on peut s’intéresser au restant. Comme le code de la route, de préférence …

Pour la guitare, c’est un peu pareil. Qui n’a pas joué ses premiers accords sur la guitare d’un ami ? Il a simplement montré deux ou trois accords, une rythmique puis a laissé faire. Pas besoin de savoir que ces accords étaient construits avec des fondamentales, des quartes, des quintes, et que ce sont des intervalles de tons etc. etc. …

Alors pourquoi faudrait-il forcément étudier d’abord la construction des gammes, de leurs modes et de leurs tonalités avant de commencer à s’amuser à improviser dessus ?

La théorie peut s’apprendre dès que le virus du jeu en solo est incubé ! En attendant il est parfaitement possible de commencer immédiatement à improviser sur des gammes sans en connaître les fondements. Et surtout de s’amuser !

L’objectif de cette méthode est de déblayer le chemin vers l’improvisation à la guitare. De le simplifier au maximum. Particulièrement au début, pour que chacun se rende compte à quel point les gammes et l’impro, en fait, c’est fun !


A bon guitariste, bonne guitare

Il nous arrive parfois d'attraper notre guitare avec la ferme intention de progresser, et de la reposer après avoir joué encore et toujours la même chose.

Et pourtant, on rêve de se lancer dans des impros de malade sur n'importe quel thème. Mais ne connaissant rien aux gammes, ce rêve semble juste inaccessible. On pense souvent qu'il faut forcément se farcir tout le solfège dans les gros livres, répéter, répéter et encore répéter des « do ré mi fa sol la si do » en aller-retour pendant des heures.

Mais on n'a pas tous nécessairement envie de consacrer le peu de notre temps de libre pour un travail aussi pénible et laborieux. Alors le temps passe et les progrès à la guitare plafonnent.

Quelle erreur ! Mais il arrive un moment où il faut prendre la guitare par les cordes ! (Il vaut combien sur 10 ce jeu de mot ?)

Bon, il faut dire aussi qu'on n’est pas toujours aidé par la casserole avec laquelle on joue.

J’ai prêté un jour la mienne à un bluesman qui avait dû revendre la sienne (le blues ça paye pas toujours). Il m’avait carrément fait pitié alors je lui ai fait croire que je ne jouais plus. Devinez quoi, il me l’a rendue 3 jours plus tard en me disant qu’elle était trop dure à jouer et qu’il ne pouvait rien faire de bon avec. Ca calme !

A ce sujet, il est une évidence qu'il faut choisir très attentivement sa première guitare, afin d’avoir le son pour se faire plaisir. Car un produit pas cher, c'est souvent trop cher (pour ce que c’est).

Il y a 2 ans, j’ai reçu en cadeau une vraie bonne guitare et ma vie de rockeur à changé. Il y a eu un avant, il y a eu un après ma Martin&Co DX1.


Un super-outil pour apprendre les gammes

A partir d'un des nombreux livres pour apprendre les gammes, j'ai décidé de résumer la méthode tel que je l'avais comprise pour parfaitement l'assimiler. Ensuite, j'ai résumé ce résumé pour avoir toujours sur moi comme une super-pompe (pareil qu'à l'école en fait).

Puis un jour, j’ai visualisé comment toutes ces notions s’emboitaient ensemble. C’était comme si toutes les pièces d’un moteur étaient assemblées et qu’il tournait sous mes yeux. Aussitôt, j’ai fait un croquis et j’ai réalisé un prototype.

Il se trouve que ce prototype était totalement original. Je pensais que j’avais juste compris ce que tout le monde avait compris bien avant moi. Tout apparaissait dans un unique système coulissant. Et c'est comme ça que j'ai pigé les gammes, les fondamentales, les tonalités et les modes. J'étais bien content.

Un jour, un ami, bien meilleur guitariste que moi (c’est pas difficile, je sais) m'a dit « Wow c'est génial ton truc, fais-moi en un ! ». Alors je lui en ai un fait puisque j'étais content, je viens de vous le dire. Puis c’est un autre ami qui m’en a demandé un. Je n'ai pas des centaines d'amis guitaristes non plus !

Ce système est resté ensuite dans un tiroir pendant 10 ans. Je le ressortais de temps en temps pour m’amuser à improviser mais je n’avais pas encore d’outils pour progresser réellement tout en m’amusant.

Il existe des moyens infiniment plus sympas que tous ces métronomes pour s’accompagner à la guitare.

En fin de compte, rien n'est plus important que d'avoir du plaisir pour apprendre les choses.

Il existe d'ailleurs un tas d'outils formidables pour continuer à s'amuser tout en apprenant les gammes.

Le Guitar Scaler à beaucoup évolué depuis sa conception. Il s'est considérablement enrichi et s'est agrandi pour une visibilité optimale. 

Depuis 2009, il s'en est vendu dans tous les pays francophone et au-delà (Belgique, Luxembourg, Canada, Dom-Tom, Italie, Suisse, Allemagne, …) et un site anglais est en ligne !

Le guide gratuit IMPROVISER A LA GUITARE RAPIDEMENT est là pour aider un maximum de guitaristes à franchir le pas de l’improvisation.

Et pour aller encore plus loin, le Blog Guitare-Solo offre mon expérience aux guitaristes qui ont envie d’apprendre les bases du fonctionnement des gammes en s’a-mu-sant, sans passer par 5 ans d’académie et de solfège.


Improviser, c’est fun !

Des séquences vidéo sont proposées pour accéder très progressivement et très facilement à l’improvisation à la guitare.

Le premier but est de s’amuser.
Le deuxième est d’improviser librement en une heure.
Le troisième, c'est de ne plus pouvoir s’arrêter

Le but n'est pas « jouer au petit prof » ni au « super-soliste-qui-fait-ce-qu’il-veut-avec-ses-doigts ». Je ne suis pas du tout un crack de l’impro et je n’essaye pas de le faire croire …

Par contre j’aime expliquer comment j’ai fait pour accéder facilement à l’improvisation, comment passer des heures à s’éclater à l’impro sur n’importe quel morceau, tout en progressant.

Je dis que tout le monde peut le faire, et à tout âge.

Un ami qui avait commencé la guitare depuis quelques mois avec un prof à domicile est venu un soir à la maison pour faire un bœuf. Il n’avait aucune notion de l’impro ni des gammes. Il a découvert les gammes grâce au Guitar Scaler et après nous être mis d’accord sur quelques accords (ça, c’est de la rime), nous alternions entre soliste et accompagnateur.

Il n’en croyait pas ses doigts, il est reparti en étant déjà capable de commencer à improviser sur n’importe quelle tonalité. Et il l’avait fait en s’amusant, sans avoir eu l’impression de travailler.

En continuant à s’amuser comme cela, il apprendra à explorer l’entièreté du manche, d’augmenter la vélocité et d’intégrer tous les petits effets qui font les grands virtuoses.

Mon souhait est d’amener beaucoup de nouveaux et d’anciens guitaristes à s’éclater à l’impro.